•  

    RenouvelezAdhérez, offrez une adhésion  en ligne ou Téléchargez un bulletin d'adhésion 
    Toute nouvelle adhésion sera valable jusqu'au 31/12/2018

     

  •  

    Le Programme Automne 2017 peut être  feuilleté ici. Il a été posté le 16 août et il reste encore des places pour quelques activités

     

  •  

     PARTENARIATS 

     

     

     

    • THEATRE et concerts
    • Conférences en dehors du programme des Amis

     

  • Consultez le Grand Livre du Mécénat et situez dans le château les restaurations et acquisitions des Amis ! ici

     

  •  

    RUBRIQUE "FAQ" pour répondre à toutes vos questions! ICI
    (une journée idéale au Château en toute saison, fonctionnement du coupe-file, plans, ....)

     

  •   

    Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi de 9h30 à 17h30
    Pour nous contacter : Tel: 01 30 83 75 48 ou  par mail

     




Mécénat

Participer à une opération

Librairie




La correspondance du Marquis de Louvois, surintendant des Bâtiments du Roi

Arts et Manufactures de France, 1683-1691, Tome I, 1683,1684



Après la mort de Colbert, survenue le 6 septembre 1683, commence la dernière grande phase de l'immense chantier du Versailles de Louis XIV : entre 1683 et 1688, l'Aile du Midi est achevée, l'Aile du Nord construite, le nouvel Appartement du roi aménagé, la Grande Galerie et les deux salons de la Guerre et de la Paix décorés. Dans les jardins, c'est l'époque où le Parterre d'Eau prend sa forme définitive, où se bâtissent le Bosquet de la Colonnade et le Trianon de Marbre, en remplacement du Trianon de Porcelaine. La correspondance de Louvois comme surintendant des Bâtiments (1683-1691) apporte sur tous ces travaux nombre de renseignements inédits. Elle nous introduit de plain-pied dans le fonctionnement de l'État royal à l'apogée du règne de Louis XIV, où tout l'édifice étatique est mis à contribution en faveur de Versailles et des autres grands chantiers de Paris et de l'Ile-de-France. Les lettres et rapports de Louvois - parfois annotés de la main du roi - ne sont pas avares en détails : intempéries, odeurs de peinture, malversations d'entrepreneurs, aléas des transports ou même espionnage industriel avant l'heure, tout contribue à redonner vie au quotidien des résidences royales.