•  

    La commode de Madame Adélaïde acquise par la Société des Amis de Versailles a retrouvé sa place au Château ! A cette occasion, les Jeunes Amis racontent son histoire ici.

     

  •    

    Renouvelez, Adhérez, ou offrez une adhésion 

    Toute nouvelle adhésion sera valable jusqu'au 31/12/2019 

  • Le programme Automne a été envoyé mi-août, les inscriptions sont ouvertes et il peut déjà être feuilleté en ligne  ici.  

     

     

  •  

     PARTENARIATS 

     

     

     

    • THEATRE et concerts
    • Conférences en dehors du programme des Amis

     

  •  

    RUBRIQUE "FAQ" pour répondre à toutes vos questions! ICI
    (une journée idéale au Château en toute saison, fonctionnement du coupe-file, plans, ....)

     

  •   

    Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi de 9h30 à 17h30 
    Pour nous contacter : Tel: 01 30 83 75 48 ou  par mail

     

  • Consultez le Grand Livre du Mécénat et situez dans le château les restaurations et acquisitions des Amis ! ici

     

  •  

     

    contact@amisdeversailles.com 

    01 30 83 75 48

     




Mécénat

Participer à une opération



Orphée et Eurydice



Christoph WILLIBALD, chevalier von GLUCK (Erasbach 1714 - Vienne 1787), compositeur, et Pierre-Louis MOLINE (1740 ? - 1820), librettiste

Drame héroïque en trois actes

Paris, Académie royale de musique

Imprimerie P. de Lormel, 1774

38 pages In-4° siteur

0,240 x 0,185 m

Reliure en maroquin rouge aux armes dorées de Madame Adélaïde sur chacun des plats, une fleur de lys à chaque angle, dos orné de fleurs de lys

N° d'inventaire : V 5201

Emplacement : Corps central, appartement de Madame Victoire, bibliothèque

Acquis en 1981. Don de la Société des Amis de Versailles.

 

Gluck a composé Orfeo ed Euridice en 1762 sur un livret en italien du poète Ranieri de' Calzabigi. L'opéra engageait la réforme contre les tenants du compositeur Niccolò Piccinni. L'opéra fut traduit en français par le poète et dramaturge Moline, qui s'était fait connaître par l’Ode sur la mort de Monseigneur le Dauphin (1766).

Très prolixe, Moline écrivit très vite pour le théâtre et pour l'opéra. Dans les années 1770, il devint le librettiste français attitré des opéras de Gluck donnés sur les scènes des théâtres royaux. Orphée et Eurydice fut représenté à Paris par l'Académie royale de musique le 2 août 1774. Cette première édition avec un livret en français confirme le goût de Madame Adélaïde pour la musique.