•    

    Renouvelez, Adhérez, ou offrez une adhésion
     Toute nouvelle adhésion sera valable jusqu'au 31/12/2019
    Pour toute demande reçue avant le 20/12/18, les cartes seront postées au plus tard le 21/12.
    Pour toute demande reçue à partir du 21/12, les cartes ne seront postées qu'à partir du 02/01/19.

  •    

    Le rapport d'activité 2017 est feuilletable en ligne ! 
    Découvrez nos actions et nos projets

     

  • Le programme Hiver 2019 sera envoyé mi-décembre, les programmes précédents sont feuilletables en ligne  ici.  

     

  •   

    Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi : 9h30-13h00 et 14h00-17h30 
    Ils seront fermés du 22/12/18 au 01/01/19 inclus
    Pour nous contacter : Tel: 01 30 83 75 48 ou  par mail

  •  

    La commode de Madame Adélaïde acquise par la Société des Amis de Versailles a retrouvé sa place au Château ! A cette occasion, les Jeunes Amis racontent son histoire ici.

     

  •  

     PARTENARIATS 

     

     

     

    • THEATRE et concerts
    • Conférences en dehors du programme des Amis

     

  •  

    RUBRIQUE "FAQ" pour répondre à toutes vos questions! ICI
    (une journée idéale au Château en toute saison, fonctionnement du coupe-file, plans, ....)

     

  • Consultez le Grand Livre du Mécénat et situez dans le château les restaurations et acquisitions des Amis ! ici

     




Mécénat

Participer à une opération



"Louis XV remettant le cordon du Saint-Esprit au Comte de Clermont", par Van Loo



Jean-Baptiste VAN LOO (Aix-en-Provence 1684 - id. 1745)

Huile sur papier

0,518 x 0,619 m

N° d'inventaire : MV 8989

Provenance : Peint en 1731 pour Étienne-Christophe Gueffier, chevalier du Saint-Esprit et trésorier du Marc d'or des ordres de Sa Majesté. Par descendance, collection de M. de Maussion de Candé, château de Candé près de Blois, puis collection Eckels.

Acquise en 2000. Participation de la Société des Amis de Versailles.

 

Portraitiste renommé, Jean-Baptiste Van Loo appartient à une dynastie de peintres célèbres. Il fut reçu membre de l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1731. Rapidement, il constitua une clientèle aristocratique et bourgeoise ; il obtint ensuite celle de la famille royale. En 1730, Van Loo peignait la toile qui allait conserver le souvenir de la cérémonie au cours de laquelle Louis XV avait remis pour la première fois, en 1724, le jour de la Pentecôte, les cordons de l'ordre du Saint-Esprit dans la chapelle du château de Versailles. Cette œuvre monumentale destinée à la chapelle de l'ordre aux Grands-Augustins à Paris est aujourd'hui détruite.

Par chance, la gravure réalisée en 1743 par C. de Putter et surtout la réduction peinte par J.-B. Van Loo pour le chevalier de l'ordre Étienne-Christophe Gueffier en conservent le souvenir. La réduction permet d'identifier chacun des personnages. De gauche à droite figurent le grand trésorier Dodun tenant le collier de l'ordre, le chancelier Arnaud de Pomponne présentant le livre des Évangiles, Louis XV, au centre, remettant le cordon du Saint-Esprit à Louis de Bourbon-Condé, comte de Clermont, troisième fils de Louis III de Bourbon-Condé et de Mademoiselle de Nantes. À leur droite se tiennent Le Tonnelier de Breteuil, maître des cérémonies, et le comte de Maurepas qui, en tant que secrétaire-greffier, ouvre la cérémonie de l'ordre.

Cette huile de Jean-Baptiste Van Loo, d'une grande précision, permet d'illustrer l'un des événements qui ponctuaient chaque année la vie de la cour à Versailles, cérémonie au cours de laquelle la procession des nouveaux chevaliers, partant de la chambre du roi, passait par la salle du Conseil, la galerie des Glaces, traversait le Grand Appartement et descendait par l'escalier des Ambassadeurs dans la cour du château pour rejoindre la chapelle.

Il ne faut pas y reconnaître, comme on l'a récemment proposé, une esquisse préparatoire au tableau détruit des Grands-Augustins. L'esquisse préparatoire est en effet conservée dans une collection particulière américaine et elle offre une grande liberté de traitement. Le tableau entré à Versailles en 2000 est, lui, d'un métier beaucoup plus soigné, qui répond davantage à celui d'une réduction faite d'après l'œuvre achevée.

Notice de Xavier Salmon

 

BIBLIOGRAPHIE

X. Salmon, « Louis XV remettant le cordon du Saint-Esprit au comte de Clermont », Revue du Louvre , rubrique Acquisitions, 2000, n° 5, p. 88, repr.

EXPOSITION

Kobe-Tokyo, 2003, Musée municipal-Metropolitan Museum, Fastes de Versailles , n° 44, p. 114 et 222 (notice par X. Salmon).